Flashback

Publié le par Cyndy&Serge

Parfois il me revient des images du passé. Ces images qui réapparaissent me font réfléchir et me donnent de l’espoir quand je parle avec mes gamins. Je me revois à leur âge, des étoiles plein les yeux en découvrant Londres avec ma tante et son boyfriend, je ressens encore ce sentiment de liberté intense qui émanaient d’eux et cette envie de le vivre moi aussi. Je me rappelle exactement m’être dit que ma vie serait dans un pays anglophone, dans un de ces pays où on peut être soi-même et se foutre du monde entier. Je revois les images du clip Bitter Sweet Symphony et je m’imagine, un jour, faire partie de ces gens qui peuvent être eux-mêmes, vivre ce qu'ils sont. À 10 ans, je ne pensais pas à la précarité de l'emploi, au chomage ou au manque d'évolution possible en France. Je voyais seulement avec mes yeux de petite fille que là-bàs c'était différent. Tellement différent que je n'ai jamais pu oublier cette sensation.  8 ans plus tard, je remontais la rue de Finsbury Park, écoutant The Verve en ressentant enfin cette effrayante liberté dont je ne pourrai jamais plus me passer. Je ne l'avais donc pas imaginé, je ne l'avais pas déformée, elle existait vraiment. 

Souvent aujourd’hui, on me souffle que j’ai du courage de partir vivre aussi loin, de me lancer dans autant de choses inconnues. Je me demande, moi, si  c’est réellement un choix ou plutôt un besoin de trouver ma propre place. Je revois le visage de la conseillère d’orientation lorsque j’ai répondu avec précision à sa question. Devant mon souhait, en 6ème, de partir enseigner le français au Canada, elle répondra implacablement qu’avec mes notes en dictée je ferais mieux de trouver une autre idée. Il y en  a eu d’autres, des regards étonnés, des regards incrédules, des visages surpris, lorsque j’avouais mes futurs projets du haut de mon mètre 40 avec ma tête de petite fille. Je n’en veux à personne. Je mesure seulement la chance que j’ai eue d’avoir des parents qui m’ont fait voir le monde et d’avoir eu une tante qui m’a fait rêver en anglais d’une autre vie. J’en avais besoin.  

 

IMAG0654.jpg

 

 

 

Commenter cet article

Sarah 27/11/2012 16:27

Je me retrouve tellement dans ton article, c'est juste et si bien ecrit! Et j'ai loupe des episodes tres certainement moi qui te croyais toujours a Windsor! :) Je vais lire la suite !!

Lily 23/11/2012 20:35

Il semblerait que la plupart d'entre nous qui ont quitté la France pour le Canada l'ont fait pour trouver une certaine liberté d'exister, d'être différents et pourtant acceptés.
Je suis heureuse pour toi (pour nous en fait) que le Canada ait bien été cette place, comme tu dis, "dont on avait besoin".

rezzai 20/11/2012 00:46

salut, je trouve cela très beau ce que tu as écris. En tout cas, content que tu réalises ce que tu as toujours voulu faire. J'aimerais bien faire pareil mais bon cela va être compliqué je
pense...Mais bon les miracles et les rêves sont fait pour exister alors on y croit

Cedric 19/11/2012 17:16

Il me cause cet article. Joliment rédigé et j'adore le passage sur la Conseillère briseuse de rêves. Z'en ont fait des dégâts ceux-là !